Archives de février, 2009

sortirnukeC’était « Pièces à conviction » sur France 3, le 11 février : « Uranium : le scandale de la France contaminée ». Redif le mardi 17 à 02h10.  Pourquoi le leader mondial des déchets radioactifs aurait bien voulu censurer ces informations ? Elle juge « calomnieux » un reportage accablant sur la gestion laxiste de ce qui reste des anciennes mines d’uranium de la Cogema. Où il est question d’un rapport enterré signé… Pierre Desgraupes. (Source: Sortir du nucléaire).

A voir sur le site de France 3. En ligne intégralement en 6 parties sur Dailymotion.

Voici la première partie

L’AFP nous apprend que les administrateurs du CNAM, mercredi 11, ont validé la création de la chaire de « criminologie appliquée » et la nomination à sa tête du consultant Alain Bauer.

Reste encore, pour le ministre de la recherche, à confirmer la mesure dans un décret officiel. Le ministère affirme que la méthode de nomination, très contestée (cf notamment la tribune parue dans Libé le 6 février), n’est pas inédite. Pour preuve, il indique que le dernier personnage public à avoir bénéficié de la mansuétude du pouvoir pour s’installer au CNAM, c’est… Bernard Kouchner, qui «a été le premier titulaire de la chaire « Santé et développement »». Sacré référence ! Surtout lorsqu’il s’agit de donner à cette nomination un caractère inattaquable…

C’est enfin l’occasion de vérifier en quoi consistent les multiples fonctions universitaires ou scientifiques que Bauer s’attribue sans cesse.

(suite…)

bauercrachéAlain Bauer fédère contre lui. Une nouvelle fois. Mais il pourra toujours se féliciter d’occuper le terrain.

Ce conseiller occulte, girouette politique et multicasquettes, doit donc être nommé, par le fait du Prince Conducator, au Conservatoire des arts et métiers (CNAM). Il devrait présider une « chaire de criminologie », créée sur mesure pour lui. Quant on sait ce que le bonhomme trimballe comme préjugés factices sur la « tolérance zéro » face aux moindres « incivilités », l’auteur de ces pages ne peut que se réjouir qu’enfin son aura nuisible soit reconnue à sa juste valeur. Les BBA l’ont épinglé dès leur palmarès 2002, en lui remettant un prix « pour l’ensemble de son oeuvre », terrassant à l’époque le déjà-récidiviste Sarkozy (le dossier date un peu mais c’est un bon résumé de son CV).

(suite…)

Jacques Michon est un blagueur… Comme la plupart des dizaines de milliers de maires de France, il a reçu un bien curieux courrier de l’Inspecteur de l’éducation nationale (IEN) de sa circonscription. Jacques Michon est maire de Waziers, dans le Nord, en périphérie de Douai.

L'IA de Nantes en appelle aux retraités de l'éducation

L'IA de Nantes en appelle aux retraités de l'éducation

Nous reproduisons ci-contre l’une de ces missives envoyées par les différents rectorats à d’anciens salariés de l’EN, en premier lieu à « Mmes et MM. les enseignants du 1er dégré partis en retraite en 2006, 2007 et 2008 ». Elle émane de l’inspection académique de Loire-Atlantiques, mais la consigne est nationale: du beau langage technocratique pour faire appel aux « réservistes » de l’éducation afin de remplacer les grévistes. On se cache derrière la fameuse loi du 20 août 2008 sur le service minimum (à l’école on l’a rebaptisé « service d’accueil ») pour discréditer les mouvements sociaux. Car, c’est bien connu, rien de mieux qu’une loi pour que la sentence du Grand Conducator Sarko —« quand une grève se déclenche, personne ne s’en rends compte »…— devienne devise républicaine.

(suite…)

Une charmante lettre du nouveau « Pôle emploi », l’ex-ANPE, à quelques vaillants diplômés qui ont les dents longues.

(suite…)

Manif MontlaurConséquence du combat que mènent des directeurs d’école et des parents d’élèves contre l’instauration à marche forcée du fameux fichier « Base élèves » (BE1D pour les intimes) : à Rebourguil et à Montlaur, dans l’Aveyron, des membres du Collectif national de résistance à base élèves (CNRBE) ont symboliquement confisqué les ordinateurs de l’école pour aller les « rendre » à la mairie… A Montlaur, le directeur de l’école est l’un des 175 « refuzniks » qui refusent toujours de renseigner le fichier.

Signez la pétition de soutien à tous les directeurs récalcitrants!

PS – Lire l’article paru dans La Dépêche du Midi du 7 février.