Archives de mai, 2009

La prochaine loi de programmation pour la «performance» de la sécurité intérieure, dévoilée cette semaine par MAM et sa clique, contient donc cet article révolutionnaire (le n°23 du projet de loi) qui permettra de réaliser à distance des «captations de données» sur des ordinateurs de particuliers. Le mot « captation » est bien modeste, car il s’agit bien d’une extension du domaine de la perquisition. Un acte judiciaire qui doit obligatoirement se faire, aujourd’hui, en présence du suspect. Avec ce dispositif — qui pourra prendre la forme d’un logiciel espion, ou « cheval de troie » — c’est donc la procédure pénale qui va s’en trouver complètement chamboulée.
(suite…)

Le Syndicat de la magistrature vient de livrer quelques documents bien navrants au sujet de l’état calamiteux des fameux «dépôts» . Ce sont ces prisons temporaires, endroits sinistres situés encore parfois dans les sous-sols des palais de justice. C’est le lieu où sont retenues des personnes en attente de jugement ou de comparution devant un magistrat. Exemple en octobre 2008, lors d’une visite au « dépôt » du tribunal de Créteil par six magistrats. Ils constatent d’abord des conditions de détention « non conformes aux règles minimales de salubrité et d’hygiène ».

Les cellules, toutes dégradées, mesurent de «7 à 8,5 m2, il arrivait que 5 hommes y soient détenus en même temps, avec des toilettes sans séparation et une aération insuffisante». «A la suite de cette visite, des procédures ont été annulées et ces locaux ont été fermés. Le Procureur de Créteil a pris l’intiative de les rouvrir, mi-avril, avant même la fin des travaux entrepris et la visite du Comité d’hygiène et de sécurité… Résultat : les lieux ont été investis par des rats !»

(suite…)


eval1

Passer son premier exam à 7 ans, ça forme la jeunesse ! 

Après les écoliers de CM2, c’est en effet au tour de leurs camarades de CE1 — quelques 816.000 enfants, d’écoles publiques et privées — de devoir se plier à une «évaluation» de leurs connaissances. Celles des enfants de CM2 se sont déroulées en janvier, en plein milieu de l’année scolaire — cherchez l’erreur —, cette fois cette obligation nationale se déroule cette semaine, jusqu’au 30 mai. Allez savoir pourquoi, la plupart des syndicats d’enseignants se sont ouvertement prononcé contre cette vaste opération statistique. La CGT et SUD appelant même à un boycott total en invitant les profs des écoles à faire jouer leur droit de grève. Sur le fond et la forme, ce premier contrôle scolaire pose énormément de questions. 

(suite…)

COMBIEN D’HEURES
DE GARDE A VUE
POUR CETTE PHOTO ?

CSAtract+sq

Le délit d’opinion n’existe pas, bien sûr. C’est encore trop crado pour que les politiques et leurs valets du privé—qui aiment aussi à museler les mécontents qui détournent leurs logos ou appellent au boycott de leurs produits—s’y adonnent ouvertement, alors il est de bon ton de nos jours de s’attaquer plutôt aux intermédiaires, aux relayeurs de la libre parole. L’affaire de Tarnac, comme celle d’autres personnes inculpées suite à des contestations un peu trop bruyantes, n’a pas révélé l’once d’une association de malfaiteurs à visées «terroristes». Mais en revanche, elle a mis à jour une concrète armée de l’ombre de pensées et d’écrits subversifs. Quand on ne peux pas juger des « ennemis intérieurs » sur pièces, sur des faits précis qui conviendraient à la loi, on s’en prend à leur idées, leurs déclarations, leurs prises de position — voire même leurs pancartes… Car ces écrits, aux yeux des robocops de l’antiterrorisme, relèvent «l’intentionnalité» d’un délit ou d’un crime possible, même si cette intention relève de l’imaginaire collectif. Ainsi, on applique avec un peu d’avance les préceptes du fichage « à la Edvige », c’est à dire qu’on surveille «l’environnement de la personne» afin de la fragiliser, sans pour autant apporter plus de preuves aux faits reprochés.

(suite…)

biciclette(Mise à jour 27/05)

Ces deux événements n’ont bien entendu rien à voir, ce ne sont que des coïncidences, des téléscopages d’actualité… Au moment où près de Bordeaux, à Floirac, deux enfants de 6 et 10 ans ont été cueillis à l’école par la police qui les a interrogé 2 heures pour un vol de bicyclette (une info de Sud Ouest), le sous-commandant Darcos continuait d’amuser la galerie avec son nième « plan antiviolence »… (suite…)

euvoteLoin, très loin des polémiques franco-françaises autour d’un spot aux relents trop sarkoziens, le Parlement européen a produit une série de films publicitaires pour inciter les électeurs à se déplacer aux urnes. Chaque spot comporte 6 séquences censées interpeller l’eurocitoyen sur des sujets fédérateurs et un brin polémiques. Mais en fait, il y en a plus d’une douzaine qui ont été tournées. Chaque gouvernement a donc fait jouer son droit de censure sur le contenu du spot qui sera diffusé sur ses antennes nationales. Chacun a fait son petit marché en gardant la capacité d’éviter certaines thématiques… Il y avait 4 séquences imposées, qui passeront donc dans tous les pays: elles portent sur le protectionnisme, la sécurité routière, le congés parental, la récession… Et ensuite, pour choisir la première et la dernière séquence, chaque État membre avait donc droit à 2 jokers. Devinez donc quels étaient ceux du gouvernement français, on ramasse les copies après visionnage.

(suite…)

(suite…)

RFIDmanLes «radio-étiquettes», plus communément connues sous l’acronyme RFID, viennent de faire l’objet d’une «recommandation» de la Commission européenne. Il est question bien évidemment des risques que ces micropuces furtives peuvent comporter sur la vie privée des consommateurs et leur liberté de mouvement.

Ne rêvons pas : l’objectif n’est pas tant d’imposer des restrictions afin que ce marché juteux se mette en conformité avec la Charte des droits fondamentaux (pourtant citée par la Commission dans son document). Il s’agit plutôt, dixit la Commission, de «créer des conditions de concurrence équitables pour les entreprises européennes tout en respectant la vie privée». Tout est dans le «tout en…».

(suite…)

Le mot «résistance» résonne avec une sonorité particulière dans la bouche de Raymond Aubrac. Ancien compagnon de Jean Moulin, Aubrac, 95 ans, apparaît dans ce reportage de France 3 Sud aux côtés de Bastien Cazals, professeur des écoles à St Jean de Védas (Hérault) s’étant fait connaître par sa lettre au Président Sarkozy.

Bastien Cazals est l’un des quelque 3000 instits qui ont choisi de désobéir aux réformes du sous-commandant Darcos — voir ici une carte de France de ces franc-tireurs de l’éducation. Saignée dans les effectifs, suppression de l’aide spécialisée pour les enfants en difficulté, nouveaux programmes, évaluations des CM2 au mois de janvier… Et bien sûr le fichier Base élèves. Un reportage comme on aimerait en voir plus souvent dans le petit écran.

sarkoetsacour

(suite…)