Deux ans après, les obligés du Fouquet’s ont gagné leurs breloques de l’Ordre Sarko

Publié: 13/05/2009 dans A l'arrache
Tags:, , , ,

sarkoetsacour

Mais que se cache-t-il derrière ce dégoulinant tableau de chasse? Une info croustillante passée quasiment inaperçue, quel dommage! Les étudiants du CFJ, le Centre de formation des journalistes, ont passé au crible la liste des invités du diner de gala du 6 mai 2007, organisé par notre Conducator pour fêter son arrivée au sommet de la République. Mais pourquoi donc ces petits soldats du journalisme ont-ils tenu à se renseigner comme de vulgaires officiers des RG sur cette brochette de people qui n’intéresse plus personne? Oh trois fois rien, pour vérifier leur pedigree dans l’ordre de la Légion d’honneur. Car celui qui critiquait ses prédécesseurs, pour entretenir leur cour de méritants à coups de breloques bien placées, a lui aussi trouvé de quoi cajoler son cercle d’obligés.

Bref, sur les 56 convives du 6 mai 2007 au Fouquet’s, les jeunes journalistes en ont compté pas moins de 16 qui ont décroché leur petite rosette rouge durant les 24 mois de règne sarkozien. Pas mal: près du tiers! Selon leur méthodique comptabilité (un site wiki a été créé pour l’occasion, SVP!), «sur l’ensemble des personnes décorées, sept l’ont été pour la première fois». Les chevaliers — premier grade sur une échelle de six — sont les suivants, accrochez-vous:

  • L’acteur Christian Clavier (mars 2008)
  • L’ancien footballeur Basile Boli (janvier 2008)
  • La vice-présidente du conseil général des Hauts-de-Seine Isabelle Balkany (janvier 2008)
  • L’essayiste/chroniqueur  Nicolas Baverez (juillet 2007)
  • L’ancien directeur de l’institut de sondage Ipsos Pierre Giacometti (janvier 2008)
  • Valérie-Anne Giscard d’Estaing (mars 2008)
  • La présidente de Tiffany France, Agnès Cromback (janvier 2008).

Ensuite, 9 ont eu droit à une promotion, dont 4 sont devenus «officiers». Parmi eux, l’ex-dircab de Ballamou Nicolas Bazire, aujourd’hui businessman (janvier 2008), l’éditeur Bernard Fixot (mai 2008), celui qui osa publier « Libre » en 2001 et « Témoignage » en 2007, les deux derniers best-seller de Nico (Fixot édita l’énorme pavé d’Attali sur la croissance), mais aussi l’inévitable lourdos du cinoche français, Jean Reno (juillet 2008).

Ensuite, Vincent Bolloré (avril 2009, ouf!) est passé au rang de «commandeur», tout comme le minus du CAC 40, Alain Minc (janvier 2008). Deux derniers invités du 6 mai 2007 ont eu droit à la («Grand-croix», 5 sur l’échelle de Richter), à savoir Antoine Bernheim, le boss de Generali (juillet 2007), et l’homme d’affaires canadien Paul Desmarais (février 2008).

On a presque honte pour les autres convives — même si la plupart étaient déjà décorés! Comme Raffarin (Grand officier, en tant qu’ex-Premier ministre) et Albanel, qui reste scotchée Chevalier (si la loi Hadopi avait été adoptée fin avril, et pas aujourd’hui, qui sait?..), tout comme Nicolas Beytout, pourtant revenu au journal Les Echos une fois racheté par Bernard Arnault. Martin Bouygues et Serge Dassault n’ont pas eu eux aussi droit à une promotion sous le règne de leur «frère». En revanche, rien de rien pour son porte-plume Henri Guano et, surtout, pour Rachida Dati: jamais décorée, elle n’a pas été rattrapée par le gong! Sacré signe de disgrâce, non?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s