Arthus-Bertrand est-il nucléairo-compatible ?

Publié: 10/06/2009 dans A suivre
Tags:, , , , , ,

yab[Mise à jour le 26 juin – lire la suite]

Le réseau Sortir du nucléaire a salué avec appoint la sortie du film « Home » de Yann Arthus-Bertrand, le 5 juin. «Avec cette opération mondiale, Yann Arthus-Bertrand se pose comme l’un des premiers écologistes de la planèteOr, ce statut est plus que contestable puisque le photographe continue imperturbablement de soutenir l’industrie nucléaire, une des industries les plus polluantes et dangereuses, qui met gravement en danger l’avenir de la planète. Cette position ne peut que renforcer les soupçons de collusion avec l’un de ses principaux sponsors, l’électricien français EDF.» Nous avons en effet retrouvé des traces concrètes de liens entre l’électricien national et celui que les tenants de la « décroissance » ont surnommé «l’hélicologiste», allusion à son tour du monde en hélico qui l’a fait connaitre avec son livre « La Terre vue du ciel ».

Pourquoi EDF? Le réchauffement de la planète est un thème porteur pour les industriels de l’énergie nucléaire, Areva et EDF en tête — «énergie propre» car «sans gaz à effet de serre». Alors EDF, sponsor de « YAB » ? «Mais pas du tout», a rétorqué l’intéressé, interrogé sur France-Info dès le 4 juin. «Je ne suis pas du tout pour le nucléaire. Le nucléaire est très dangereux, mais il y a plus important que le nucléaire». Il s’exprimera aussi dans l’un des blogs de Libe.fr, « Six pieds sur terre ».

YAB prend ses distances («Je ne suis pas pour le nucléaire, mais comment s’en passer ? »…) — sans pour autant clarifier ses liens avec EDF. Qui a pourtant adapté à la télé son fameux bouquin « La Terre vue du ciel ». Il devrait s’en souvenir c’était il y a 5 ans.

homepprPassons sur les mécènes du film Home, EDF n’en fait pas partie puisque tout le mérite revient au groupe Pinault (PPR), qui a mis, parait-il, 10 millions d’euros dans la balance pour assurer la promo du film. Et la sienne par la même occasion.
Non, EDF est un vieux sponsor d’Arthus-Bertrand. Presque historique. Invité pendant 2 heures, le 30 mai, de l’émission « Le zapping de France Inter », Arthus-Bertrand a évoqué lui-même avoir travaillé avec EDF avant l’accident de Tchernobyl de 1986. Et qu’ils avaient modifié un livre juste après cette catastrophe…

A propos de son projet de photos aériennes en hélico qui murit depuis 1994, « La terre vue du ciel » — d’où son surnom «L’hélicologiste» que lui a collé le journal La Décroissance — notre électricien national n’a pas fait partie des premiers mécènes. Selon un récit trouvé sur le site officiel du grand photographe — avec boutique intégrée, cartes postales à partir de 1,70€ —, on apprend aussi que «personne ne croyait au projet de La Terre vue du ciel». Il aurait fait entre 200 et 300 demandes de partenariat, «la plupart restées lettres mortes». Le malheureux a même du «emprunter» pour démarrer. Et puis sont arrivés, en 1999, le Club Med (qui lui avait commandé un livre de ses villages « vus du ciel »), de Fujifilm (« échange marchandises »), et de son éditeur Hervé de la Martinière. Ah oui, et il remercie aussi ses amis du Koweit et du Maroc pour deux commandes de luxe, deux livres sur le même thème (« Le Koweit vu du ciel », et « Le Maroc vu d’en haut »…).

Ensuite, une fois le bouquin sorti en 2002 (c’est maintenant un coffret DVD et tout le tintoin), d’autres boites avides de s’afficher écolo vont mettre au pot. C’est le cas de La Poste, dont les chéquiers, encore aujourd’hui, sont décorées avec les merveilleuses photos de YAB. C’est dans ce contexte qu’EDF saute sur l’occasion. Elle va financer, en 2002, la production d’une série de films courts qui seront diffusés sur France 2. Cet épisode ne figure pas dans la belle histoire racontée sur son site web. C’est un publireportage paru en 2003 dans un obscur webzine qui nous dit tout:

Début 2002, EDF active son positionnement stratégique dans le développement durable. (…) Pour soutenir ce nouveau positionnement, coiffé sous l’étiquette de « performance responsable », EDF choisit le 15 avril [2002] de mettre en place un programme court télévisé, Objectif Terre, en partenariat avec le photographe Yann Arthus Bertrand et France 2. Ce programme, diffusé sous forme de films quotidiens de 1 minute 30, met en avant des lieux du monde entier à l’ équilibre fragile. Les premiers post-tests sur cette campagne télévisée révéleront des impacts en terme de notoriété et d’agrément de dix points supérieurs aux standards.

Voilà donc un exemple des liens EDF-YAB. Pas d’ambiguïté, l’électricien ne fait pas de mécénat, mais de l’investissement marketing: il s’en sert comme d’un objet promotionnel pour assoir son positionnement  « développement durable ». En 2003, le projet se décline sur le net et sur téléphone mobile. Pour séduire les jeunes générations, évidemment. S’en suivra pour EDF une autre «logique marketing» en proposant «des e-cards signées Yann Arthus Bertrand et le téléchargement de la musique du programme Objectif Terre pour les téléphones mobiles».

Le blog SuperNo dans «Docteur Arthus et Mister Bertrand» en raconte de bien belles — comme ses compromis passés avec le Paris-Dakar, ses pubs pour ses fournisseurs Canon, Apple et Adobe, «ses photos [qui] ornèrent le rapport d’activité 2005 de Total», et sa fondation « Good Planet » sponsorisée par BNP-Paribas ou GDF-Suez.

Avec ses airs de grand naïf, il a quand même réussi à faire parler de « décroissance » au JT de France 2, en présence de l’héritier Pinault! Chapeau l’hélicologiste ! (voir la vidéo sur le billet de SuperNo).

En fait, il n’est pas très méchant, Arthus-Bertrand. La revue La Décroissance l’a classé comme «écotartufe», ces communicants de l’écologie qui jalonnent plateaux télé et événements sponsorisés, en étant pas toujours très nets avec l’identité de leurs mécènes, généralement à la recherche d’opérations de green-washing d’images de marque. Le journal a fait un film fort instructif sur les compromissions persistantes de ces grands argentiers de la planète Terre. Savoureux.

Epilogue — En 2004, il a participé à un concours organisé par l’opérateur SFR. Son rôle? Etre le mécène des «Trophées de l’intégration environnementale». Visant surtout à «intégration paysagère» (sic) des antennes relais, qui inquiétaient déjà les riverains pour leur possible nocivité… Le photographe de La Terre vue du ciel embauché pour juger du degré de camouflage d’antennes 3G… Accord parfait. Voilà justement de belles photos de ces camouflages, de la haute couture!

Lire le droit de suite de ce billet paru le 26 juin.

commentaires
  1. […] de l’Alliance il y a déjà deux ans. Si YAB a un temps accepté de fricoter avec EDF — cf notre précédent billet —, Hulot reste très proche, depuis 1990, de l’électricien national, en acceptant de […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s