Caméras cachées dans les rames du métro parisien

Publié: 29/04/2010 dans A suivre
Tags:, , , , ,

[Suite… ici dans le tram parisien, là dans les rues de Grenoble.]

A Grenoble en mars dernier, des citoyens ont imprimé des tracts appelant au démontage d’une fournée toute neuve de caméras dômes, installées en catimini par le maire PS Michel Destot. Aucune trace dans les décisions du conseil municipal, et pas plus d’information dans la rue pour les passants. Les tracts annonçaient: «Démontons les caméras».

A Paris, dans les nouvelles rames de la ligne 2 (après celles de la ligne 14 et bientôt les lignes 1, 5 et 9), des caméras se dissimulent derrière une glace sans tain — et pas loin, le comble, des murs d’écrans plats vont bientôt cracher des publicités. Aucun panneau n’indique la présence de ces yeux électroniques une fois monté à bord — il y a 60 caméras dans une seule rame unique de 5 wagons. Des caméras clandestines car la télésurveillance vidéo sur la voie publique doit faire l’objet d’une information «claire et permanente» auprès des usagers. Moralité: ceux qui prétendent nous « protéger » ne sont parfois que de vulgaires délinquants. Et récidivistes avec ça.

Le décret n°96-926 du 17 octobre 1996 relatif à la vidéosurveillance (loi du 21 janvier 1995 d’orientation et de programmation relative à la sécurité) indique en son article 13-1:

I. – L’information sur l’existence d’un système fixe de vidéosurveillance filmant la voie publique est apportée au moyen de panonceaux comportant un pictogramme représentant une caméra.

II. – L’information sur l’existence d’un système de vidéosurveillance dans les lieux et établissements ouverts au public est apportée au moyen d’affiches ou de panonceaux. Afin de garantir une information claire et permanente des personnes filmées ou susceptibles de l’être, le format, le nombre et la localisation des affiches ou panonceaux sont adaptés à la situation des lieux et établissements.

Ces affiches ou panonceaux indiquent le nom ou la qualité et le numéro de téléphone du responsable auprès duquel toute personne intéressée peut s’adresser pour faire valoir le droit d’accès [aux images] (…).

Alors oui, je ne suis ni juriste ni magistrat. Qu’est-ce qu’une information «claire et permanente» après tout? Dans l’esprit, on peut imaginer que les caméras doivent absolument pouvoir être distinguées du reste du mobilier urbain. Et comme la nature de cette information doit s’«adapter» à la «situation des lieux», on peut là encore imaginer qu’une rame de métro est un espace assez clos pour informer le public une fois monté à bord. Non?

Et bien non, aucune information dans les rames. Il y a bien le réglementaire panneau « règles d’usage et de sécurité », mais là aussi pas un mot des caméras. Et pour les montrer, encore faut-il que l’on puisse les voir. Car les oeilletons de la RATP sont planqués derrière de discrètes vitres fumées très design, des glaces sans tain. Avec un petit flash d’appoint on s’en rend un peu mieux compte. Il y en a 4 devant chaque porte de la rame: deux couples de « caméras jumelles », chacune surveillant l’autre, pour trahir d’éventuels vandales… Positionnées à 45° pour scanner l’espace à 180°. C’est Alstom, fabriquant des voitures, qui fournit aussi les caméras: c’est marqué dessus!

Ces nouvelles rames robocops, on les appelle les MF 2000. Nous savons très ce que vont nous répondre les soldats de la com’ de la RATP. C’est expliqué en novlangue de bois réglementaire dans des documents publics:

Pour la RATP, la vidéo protection s’inscrit, depuis longtemps déjà, dans une approche globale de sécurisation des voyageurs et des personnels.
Les subventions de l’Etat, du STIF et de la Région Ile-de-France ont d’ores et déjà permis d’assurer l’équipement de l’intégralité du réseau de surface, grâce à plus de 17 000 caméras embarquées dans les bus et tramways. Sur les réseaux métro et RER, l’objectif initial de 6 500 caméras a été dépassé fin 2008.
Après les rames de la ligne 14, Le MF 2000, nouveau métro de la RATP dont les premières rames sont arrivées dès l’été 2008 sur la ligne 2 et qui équipera la ligne 5 en 2010 et la ligne 9 en 2012, bénéficie également d’un système de vidéo protection. Depuis sa cabine de conduite, le conducteur a la possibilité, au moyen de caméras disposées dans les voitures voyageurs, de détecter immédiatement la moindre anomalie et de faire intervenir éventuellement une équipe de sécurité.
Au vu des résultats de cet équipement dissuasif, la RATP à pris la décision d’équiper l’ensemble des nouveaux matériels.

Pas difficile de deviner le discours de la RATP lorsqu’elle sera interrogée sur ces caméras cachées:

  1. Les caméras ne fonctionnent pas encore! Vous pensez bien, quand ce sera le cas, nous informeront les clients…
  2. C’est un instrument dissuasif, et cela ne servira qu’au conducteur en cas de blocage des portes ou pour juger s’il doit faire intervenir la sécurité du métro ou la police en cas de problèmes.
  3. Il y a déjà des panneaux dans les stations, nous prévenons que les stations et «les trains peuvent être filmés.

Oui, en effet, il y a un panneau dans chaque station. Un seul panneau ridicule qui est toujours placé derrière les grilles de la bouche d’entrée, jamais installée frontalement devant les portiques où les usagers ne pourraient pas le manquer. Mais si c’est pour dissuader, pourquoi ne pas l’annoncer plus «clairement»?  Comme c’est d’ailleurs le cas dans les transports publics d’autres capitales européennes, comme Barcelone ou Bruxelles.


Légende: (de g à d): l’unique panneau d’information d’une station de métro; les « règles d’usage » affichées dans une rame; l’intérieur d’une rame du métro de Barcelone.

EPILOGUE: avec ses magnifiques rames « MF 2000 », la RATP ne met pas seulement son plan « vidéo protection » à exécution, elle respecte le contrat passé voilà quelques années avec Thales: des écrans dans les rames vont balancer infomercials et publicité. Des yeux pour regarder, et des écrans pour exploiter les cerveaux disponibles. Tout ce beau concept a bénéficié de la technologie Visiowave, une ancienne filiale du groupe… TF1!

commentaires
  1. UHM dit :

    « Vidéoprotection »… Résistons à la novlangue de l’Union des Mercantiles et des Pétainistes (UMP) et appelons ça la « vidéosurveillance », soit son vrai nom. Voire « vidéoflicage »…

  2. Sûreté dit :

    Dépenser de l’argent dans de la vidéosurveillance… Je trouve que c’est un monstrueux gaspillage ! Je trouve que c’est honteux ! Il y avait des choses qui auraient vraiment eu bien plus besoin de cet argent.

    Et puis la question qu’il faut se poser, ce n’est pas « est-ce qu’il y a des inconvénients pour les passagers ? » … L’histoire a montré que la vidéosurveillance peut être la cause d’un homicide : l’histoire de Jean Charles de Menezes, à Londres. Donc, la question c’est « quand ? » et « qui ? ». Il suffira qu’il y ait une alerte, qu’il y ait une petite « tension » dans l’ambiance, et là si vous avez l’air ne serait-ce qu’un petit peu différent : vous serez abattu sans hésitation et sans sommation ! Et pour peu que la personne qui vous prend pour un terroriste ait un Famas… là, ça ne sera pas très beau à voir, ça sera un carnage ! Ils auront beau dire que c’était une erreur, que c’était pour notre « protection »… qu’ils aillent le dire à la famille de la personne qu’ils ont abattue !

  3. John dit :

    Bonjour : bon courage pour dénoncer cela ; vous parlez de Grenoble en intro, mais ce qui s’y est passé plaide, au yeux de l’opinion, pour un renforcement du dispositif. Inefficace en prévention, mais tellement pratique pour la répression !

    A la limite, dans la tete du flic en chef, on ne veut pas tant dissuader que pouvoir punir ensuite, et valoriser l’enquete. Du coup personne ne regarde les écrans, sauf trop tard.

  4. Marcelin dit :

    La vidéo surveillance est une atteinte  » grave  » à la vie privée. Une de plus !
    Elle est de plus totalement inefficace et coûteuse.
    Dire que d’autres pays d’Europe sont plus respectueux en terme d’informations est une idiotie.
    Progressivement, en terme de répression et de libertés publiques, tous les pays d’Europe s’alignent pour finaliser une  » Europe forteresse « .

  5. Emm dit :

    l’état fait sauter une petite bombe dans les mains d’un « terroriste », la presse lave les cerveaux, puis l’état peut surveiller à sa guise la population. Sécurité?! Laquelle? Contre qui? Et l’éducation, là-dedans? Quel gâchis monstrueux. Et dire que les gens tombent dans le panneau…

  6. Sûreté dit :

    Et puis parler de « sécurité », c’est assez ironique. Le terme « sécurité », ça désigne ce qui arrive de manière accidentelle uniquement (défaillance, panne, etc.). Pour tout ce qui est volontaire (sabotage, dégradation, etc.), le terme qu’il faut utiliser (si on ne veut pas passer pour quelqu’un qui fait dans l’amateurisme) c’est « sûreté ». Et c’est bien la sécurité qu’il faudrait améliorer… c’est-à-dire les pannes (etc.) qui pénalise aussi bien les usagers que les salariés !

  7. […] comme nous l’avons souligné hier, les rames Alstom savent aussi intégrer des écrans plats TFT présentés comme des support […]

  8. yo dit :

    Il y en a également de nombreuses dans certains TER (du moins en bretagne) :
    – à l’exterieur du train, au dessus des portes du conducteurs, avec vue sur le quai (comme des rétroviseurs).
    – à l’interieur, au dessus de chaque porte au milieu des wagons.
    – au dessus de la porte des toilettes qui filment les entrées dans le wagon, et si il n’y a pas de toilettes, à coté des bandeaux « prochaine gare d’arrivée etc.. »
    Là encore, pas de message d’avertissement et glace sans tain.
    Que faire, a part les vandaliser quand c’est possible ?

    Anecdote : demandant à une jeune femme si elle savait si elle était filmée, elle me répond, spontanément « de toute façon je n’ai rien à me reprocher ». Si ça vous est déjà arrivé, je vous conseille la lecture (et la diffusion) du texte « Lettre ouverte à Henri Chabert, un homme qui n’a rien à se reprocher », dispo sur l’excellent infokiosques.net
    http://infokiosques.net/article.php3?id_article=319

    Bonne lecture,
    Yo – http://www.gangrennes.info

  9. Sûreté dit :

    J’avoue que je n’avais pas penser à ça tout de suite… aux caméras qui sont utilisées pour remplacer des rétroviseurs. Et dans ce cas-là, je trouve que la caméra est totalement légitime. Si le conducteur commande la fermeture des portes, il faut absolument qu’il puisse voir (si quelqu’un est coincé, etc.).

    Mais comme toujours : où va se trouver la frontière ? (entre légitime ou pas)

  10. […] Mais comme Mme Imbert-Quaretta est une juriste hors-pair, elle a sans doute remarqué que les nouvelles caméras installées en catimini à Paris, cet été, sont tout simplement illégales, comme l’a constaté le CDL. La loi, ainsi que la « Charte » parisienne qu’est censée connaître par coeur Imbert-Quaretta, précisent en effet que ces prothèses oculaires électroniques doivent faire l’objet d’une «information claire et permanente» (selon un décret de 1996, ignoré tout aussi superbement par la RATP). […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s