Nutella… ou les réceptions de l’Empoisonneur

Publié: 06/08/2010 dans A suivre
Tags:, , , ,

(Mise à jour en fin d’article) En écho à nos précédents grincements sur l’arrogance publicitaire du géant des sucreries Ferrero, voilà que son produit phare est présenté dans un documentaire d’Arte comme un poison en puissance. Pour le coup, c’est plutôt une très mauvaise pub. L’office allemand de l’environnement a décelé dans des pots de Nutella d’étranges traces de diethylhexyl phtalate (DEHP). Ce sous-produit du plastoc peut encore être utilisé dans les emballages alimentaires, alors qu’il est interdit — bonjour le paradoxe — dans l’industrie du jouet! Le doc d’Arte — L’emballage qui tue, rediffusion les 6 et 17 août — n’a reccueilli qu’une pâle réaction de Ferrero, qui reconnait la présence de DEHP, «mais en quantité inoffensive selon elle».

Pourtant, les « réceptions de l’Ambassadeur » si chères à Ferrero ont perdu de leur superbe… Car ces produits chimiques — déjà dénoncées en cosmétique — sont de véritables leurres hormonaux, et comme le Bisphenol-A disséminé dans les tétines de biberons (produit pas encore complètement interdit en France…), ils dérèglent le système hormonal, menace particulièrement sensible chez les enfants. Au Danemark des études ont montré, depuis plus de six ans, que cela pouvait augmenter les risques de stérilité chez l’homme. Tiens, une bonne tartine! Bon appétit mon garçon!

[Pour le chapitre Nutella, foncez à la 6ème minute.]

[Deuxième partie du documentaire.]

Au passage, signalons que les mêmes auteurs allemands de ce sujet décapant ont consacré un autre volet de leur enquête à l’industrie textile — Du poison dans nos vêtements, rediffusion le 6 août et disponible jusqu’au 13 sur Arte.tv. Pour le coup, ce sont les employés des usines du tiers monde qui souffrent le plus de l’usage exponentiel de ces pesticides du prêt-à-porter. Mais parfois, des pompes en cuir bourrées d’un produit anti-moisissure, le diméthylfumarate, a provoqué des allergies cutanées graves chez des consommateurs. Et l’acheteur « responsable » sera mari d’apprendre que certaines teintures toxiques restent au goût du jour, même pour colorer des t-shirts de coton bio!

Bon shopping!

UPDATE

L’émission « Service public » de France Inter est passée manifestement à côté du sujet, le 2 septembre (thème du jour, « Alimentation des enfants: faut-il vraiment s’inquiéter? »). Abordant la question du Nutella, les intervenants se sont contenté de parler de la « rumeur », apparue en juin dernier, qui laissait penser que le parlement européen allait exiger un étiquetage du style « dangereux pour la santé »… En raison de ses ingrédients trop gras et trop sucrès, et non des phtalates. Une rumeur à laquelle le groupe Ferrero a largement participé (lire ce papier du Post). Mais dans l’émission de France Inter, à aucun moment les infos du documentaire d’Arte n’ont été abordés. Les deux nutritionnistes invités en ont même fait la pub en vantant les « qualités » de l’huile de palme, la graisse végétale du Nutella, sans rappeler que ce produit gras est le plus cheap qui puisse exister pour les produits alimentaires. Notons que sur la seule question nutritionnelle, Ferrero n’est pas très net, et cela depuis des générations (lire ce papier de Terra Eco).

commentaires
  1. J’ai aussi été atterrée par le contenu de ce documentaire et l’information sur le nutella contenant du DEHP. J’ai mis un article le lendemain de la diffusion et les commentaires ont suivi notamment via le buzz. Il semble que les consommateurs ont réagit mais nous n’étions pas assez nombreux devant l’écran pour être force de lobbying et inciter le groupe Ferrero a modifié sa recette pour retirer cet ingrédient qui pose pb.

  2. LOTHA dit :

    Intolérante au gluten, et lestée de quelques pathologies suite au non-dépistage de cette maladie peu connue, j’ai déjà contacté Ferrero pour des précisions…jamais obtenues.
    Je « craque » rarement sur du Nutella, que je mange à la cuiller. Régressif, je sais. dans des moments de travail et de fatigue intense, je l’avoue, je fais n’importe quoi.
    Mais ces « crises de gavage » sont en voie de disparition car à chaque fois, j’ai des problèmes de santé dans les jours qui suivent…Maux de tête, vertiges, nausées plus ou moins violentes voire problèmes bien plus graves, comme dans les premiers mois de mon régime sans gluten quand j’étais encore très fragile.
    Je pense que les personnes souffrant comme moi de maladie auto-immune sont plus à même de tester ce qui est sain ou non, indépendamment d’une prédispostion quelconque (ex: j’ai mangé énormément de gluten tous les jours, sans mauvaise digestion et pendant toute ma vie alors que j’étais à 2 doigts d’en mourir quand on a dépisté cette intolérance). Les effets d’un toxique alimentaire sont immédiats dans un organisme qui a lutté contre un ou plusieurs toxiques, quel(s) qu’il soi(en)t, pendant des années…mais les manifestations extra-digestives des intolérances sont les plus courantes aujourd’hui, ne croyez pas que si vous « digérez » bien le Nutella, son absorption soit sans conséquences (laitages, OGM, « arômes »(?), graisse de palme, traces de…).
    Les pathologies de la malbouffe, même si l’on est en accord parfait avec les standards de la mode (qu’on nous foute la paix avec les seuls risques d’obésité! c’est bien la partie émergée de l’iceberg!) sont ensuite gravissimes! Et l’information nutritionnelle est minimaliste aujourd’hui car les firmes sont protégées avant les consommateurs!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s