Sécurité : le match UMP-PS soumis à l’arbitrage vidéo

Publié: 23/08/2010 dans A suivre
Tags:, , , ,

Les déclarations du maire de Nice Christian Estrosi, en service commandé par l’Elysée pour répandre un peu de braise sécuritaire au coeur de l’été, ont été aussitôt prises au vol par certains maires PS, bien qu’écartelés entre « tenants » et « timides » du vidéoflicage. C’est particulièrement le cas à Lille, la ville de la première secrétaire Martine Aubry, accusée de «laxiste» par Estrosi. A Lille, il n’y a pas de  vidéosurveillance «dans la rue», mais un reportage de France 3 nous dit que tout va bien : 6.000 caméras sont déjà à l’œuvre, dont les trois-quart aux abords de bâtiments publics. «Que le ministre se rassure, [à Lille] on est quand même filmé une bonne partie de la journée…» (France 3).

A ce petit jeu, le PS est quelque peu pris au piège. Il n’a jamais pu adopter une position commune et cohérente sur le vidéoflicage car, s’ils peuvent y être opposés «par principe», certains maires PS, et non des moindres — ceux de Lyon, Paris, mais aussi Grenoble — ont choisi le camps des pro-vidéo.

L’an dernier en plein mois de juillet, le secrétaire aux droits de l’homme du PS, Pouria Amirshahi, tentait sa chance du côté des sceptiques. Une position courageuse, mais sans aucune conséquence sur la « ligne » du Parti. Bertrand Delanoë, à Paris, venait juste de retourner sa veste en acceptant le plan «1000 caméras» négocié avec la Préfecture de police.

A Lille, les contradictions sont plus diffuses. D’un côté, le cabinet de Martine Aubry affiche son pragmatisme en se rangeant du côté des vidéo-sceptiques, ayant toujours refusé de surveiller la voie publique. Dixit l’adjoint chargé de la sécurité et de la délinquance, Roger Vicot :

« Dans des lieux fermés, sur des moments très précis, le métro, les parkings, les parkings d’hôpitaux, les parkings souterrains, ça fonctionne. Les mêmes études montrent deux choses: sur l’espace public, c’est-à-dire dans la ville, ça ne fonctionne pas, ça coûte extrêmement cher, pour des résultats sur l’espace public qui sont quasiment insignifiants. (…) On préfère privilégier la police de proximité qui fait des patrouilles régulières dans les quartiers. »

Manque de bol pour Estrosi — sèchement taclé par Rue89 sur son pâle bilan niçois —, les chiffres de son pote Hortefeux sont cruels. Lille serait passablement plus « sécure » que Nice. C’est France 2 le lendemain qui sort la calculette, cf lepost.fr:

Si l’on se fie « à l’ensemble des délits recensés par la police judiciaire », le taux de criminalité est passé à Lille de 118,93‰ [pour 1000] en 2006 à 109,87‰ en 2008, soit une baisse de 0,9%. Pour Nice : le taux est passé de 119,52 ‰ à 114,32 ‰ soit une baisse de 0,5%.

Une industrie sous perfusion publique

Estrosi, sacré pire maire de l’année 2010 aux Big Brother Awards — son bras droit Eric Ciotti, chef des Alpes Maritimes, y a aussi eu droit — n’a jamais voulu commenter ces chiffres peu élogieux. Il s’est contenté de pester contre les villes qui refusent les enveloppes de l’Etat pour s’équiper en caméras:

« Lorsque nous leur proposons l’aide de l’État pour financer des caméras qui de toute évidence permettent de mettre hors d’état de nuire en flagrant délit des délinquants, ils refusent de le faire, pour moi c’est incompréhensible de ne pas vouloir apporter à sa population cette haute technologie au service de la sécurité et de la première des libertés ».

Après tout, Christian Estrosi est ministre de… l’Industrie. Normal qu’il soutienne un secteur si florissant — surtout qu’il est grassement subventionné… Quoi? Des industriels assistés? Et oui : la tirelire se trouve au FIPD, le Fonds interministériel de prévention de la délinquance, créé en 2007 après le vote de la loi du même nom. Selon le rapport du député UMP Guy Geoffroy, sorti le 13 juillet dernier, les sommes allouées uniquement à la vidéourveillance totalisent, en 4 ans (exercices 2007-2010), les 72,1 millions d’euros — dont près de la moitié distribués uniquement en 2010 (progression ci-dessous — sommes destinées à la vidéosurveillance).

2007 2008 2009 2010 Total
13,4 M€ 11,7 M€ 17 M€ 30 M€ 72,1 M €

Censé se terminer au bout de 5 ans, le cher député Geoffroy propose de prolonger le FIPD d’un an, jusqu’en 2012. Ce  rapport confirme que ce «fonds» n’a plus quasiment qu’une seule mission: refourguer des caméras. Vous avez dit… prévention? Extraits:

«La part de la vidéo dans le total [des fonds versés par le FIPD] ne cesse de croître, au détriment d’autres actions de prévention ou d’aide aux victimes : 30% en 2007 et 2008 ; 46,5% en 2009 et de l’ordre de 60% en 2010.

«Le fonds permet ainsi d’aider financièrement les communes à s’équiper ou de raccorder les centres de supervision urbain des communes aux services de police et de gendarmerie, avec un taux moyen de subvention de 40%.

«Pour la seule année 2009, les subventions du FIPD ont permis de financer l’installation de 5.013 caméras. Le parc de caméras de voie publique est passé à 27.000, loin donc de l’objectif fixé, même si l’enveloppe prévue pour 2010 devrait permettre d’installer 10.000 caméras supplémentaires». (…)

Lire le rapport Geoffroy (.pdf)

Le dernier numéro de Marianne revient aussi sur le bilan sécuritaire peu reluisant de certains maires UMP, et parmi eux quelques grands copains du ministre dans le « Zéro-Six »: les maires de Grasse, Cagnes-sur-Mer, et surtout Cannes (qui vénère son réseau de 200 caméras, «le plus dense de France»!), n’ont pas de leçons à donner en la matière.

Lille, observatoire du puçage global

 

(source: nord-éclair)

Mais Lille non plus, d’ailleurs. Car si la ville a échappé, de manière très relative, à un réseau de caméras municipales, ça fait longtemps que le flicage des espaces publics ne se gère plus du tout à la mairie, mais au sein de la communauté urbaine Lille Metropole. Même coalition rose-verte au pouvoir. Et la-bas, bien après Lyon, Rennes ou Grenoble, on a suivi l’exemple de la RATP. Transpole, la société privée qui gère les transports publics de l’agglomération, est blindée de caméras de surveillance (1500 sur tout le réseau) et a sombré dans la monétique à gogo en adoptant un passe électronique similaire à Navigo.

Plus grave : en mars 2009, Nord éclair épinglait Transpole pour sa volonté d’activer l’enregistrement sonore «en continu» dans les bus du réseau. C’est le syndicat FO qui s’en était inquiété, de peur que cela ne serve à un jour à fliquer les agents…

 

Eric Quiquet (crédit 20 minutes)

Un élu des Verts de la communauté urbaine de Lille, Éric Quiquet, le délégué aux transports urbains, pourrait même devenir encombrant pour Martine Aubry (c’est aussi son adjoint à l’environnement à Lille).

Le projet de Quiquet, « Transports Mobilité », adopté en avril 2009 (document .pdf), vise à créer une carte à puce RFID, unique et individuelle, pour tous les usagers des services publics… Son idée est de créer un pass unique pour les déplacements (metro, bus, tram, TER, vélos en libre service), les parkings, mais aussi l’accès aux bibliothèques, cantines et piscines municipales. Un projet en droite ligne du LMU pour « Lille Métropole Ubiquitaire », où «l’avènement du U-commerce», dixit une brochure (ci-dessous). Car à terme, tout devrait pouvoir se gérer à partir d’un téléphone mobile.

Il faut dire que les RFID, dans le Nord, c’est un peu leur « houille du 21ème siècle »! Un «pôle de compétitivité des industries du commerce» a été créé par la Région, et dans ce cadre un «centre de ressources et d’expertises RFID» a vu le jour au sein de la technopole Euratechnologie.

Le journal libre La Brique a rapporté en outre que de vénérables start-up de la région reçoivent ainsi des fonds de Lille Metropole, organisme qui est ensuite censé acheter la prestation! Sorte d’avances sur recettes dans le bizness du techno-pouvoir…

Éric Quiquet a répondu publiquement, en juillet 2009 sur le blog des Verts, sur l’aspect « transports » de son projet «ubiquitaire». Mais rien sur le « puçage » global et centralisé de tous les usagers… Seul bon point: Lille sera apparemment la seule ville à autoriser un anonymat total et gratuit sur l’ensemble du réseau Transpole. Le fait que le président de la CNIL, Alex Türk, soit lui aussi un élu du Nord, apparenté UMP, a pu faire son petit effet…

Verbatim — avec en prime la ritournelle, « oui mais on est déjà fichés partout — même sur Facebook »…

Si il est intéressant pour un exploitant de transport de connaitre les volumes de déplacement sur son réseau (…), les données nominatives (qui?) du voyageur ne doivent pas être exploitées. Par conséquent, il sera non seulement possible de voyager avec des titres strictement anonymes sur le réserau transpole, y compris avec des cartes hebdo ou mensuelles (alors que Rennes ou la RATP ne le proposaient pas) mais pour ceux qui posséderont une carte nominative, le cryptage des données personnelles permettra au fil de l’eau c’est à dire en temps réel l’anonymisation de ces données personnelles, conformement aux recommandations de la CNIL.

Ces principes du droit stricte à l’anonymat feront donc l’objet d’une charte que LMCU signera avec la CNIL. Le président de la CNIL, Alex Turk que j’ai rencontré ce 15 juillet à Paris souhaite davantage jouer un rôle de prescription en amont.

(…) Il serait intéressant de se servir politiquement des garanties d’anonymat qui sont données aux usagers du transport collectif pour réinterroger l’exploitation des données personnelles dans les secteurs de la téléphonie mobile ou encore des cartes bancaires, à tel point que dans ces domaines le traçage total de la vie privée ne suscite quasiment plus de débat…Et nous ne parlerons pas ici des réseaux sociaux tel Facebook où la vie privée des internautes s’affiche telle une fenêtre ouverte en permanence sur la rue…

Pari tenu, M. Quiquet : dès que les protocoles de cryptage et d’anonymisation «au fil de l’eau» seront connus, nous comptons sur vous pour nous faire partager vos trouvailles.

 

commentaires
  1. […] nous le rappelions en marge d’un billet sur la vidéosurveillance à Lille, Eric Quiquet — qui voulait aussi, en tant que patron du syndicat mixte des transports, […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s