Articles Tagués ‘big brother’

«Pour réduire la fraude, le premier impératif me paraît être la sensibilisation des acteurs des prestations sociales (…). Cette culture du contrôle, de la sanction, du ciblage, que l’on connaît dans l’administration fiscale, doit se répandre chez les prestataires sociaux.

«Cette révolution culturelle me semble bien partie. Dès le moment où les acteurs des prestations sociales – qui sont les seuls à maîtriser l’information – arriveront à détecter précocement les fraudes, nous pourrons avoir une action beaucoup plus pertinente, y compris sur le plan judiciaire.»

Non, raté. Celui qui parle ainsi n’est pas Xavier Bertrand, ni même l’un des soldats du groupe Droite populaire comme Thierry Mariani, en verve cet été en pour relancer l’idée de la traque aux « fraudeurs sociaux ». […]

Texte tiré du n°5 de la Revue Z qui accompagne une cartographie inédite des fichiers administratifs français (Data: J. Thorel (Privacy France) / conception graphique: Bureau d’études).

—> Lire la suite en 2 volets sur Reflets.info

Publicités

/ Tiré du ZELIUM n°5 – en kiosque le 18 juin /

L’affaire Drake, c’est un peu le premier procès du 11 septembre, presque 10 ans après…

Le 13 juin 2011, la cour de district de Baltimore, dans l’Est des États-Unis, a ouvert une audience un peu spéciale. Thomas Drake, 54 ans, est accusé de trahison. Cet « ennemi de l’État » est inculpé pour « divulgation non autorisée », « obstruction à la justice » et « mensonge à agents fédéraux ». Il risque 35 ans de taule.

Cet ancien analyste de la NSA (National Security Agency — No Such Agency, « elle n’existe pas », disent ses détracteurs — l’énorme centrale d’écoute mondiale étasunienne, pilier du renseignement électronique) est tout simplement accusé d’avoir parlé à la presse. Une journaliste du Baltimore Sun.

Ironie de l’histoire : Drake, auparavant intervenant extérieur, a été embauché à la NSA à temps plein un beau matin de septembre 2001. Le 11, exactement. Véridique, affirmait l’hebdo The New Yorker, dans une longue et passionnante enquête parue le 16 mai dernier.

Drake n’a pas supporté de découvrir que la NSA avait détourné un logiciel ultra-sophistiqué, développé en interne à la NSA, pour surveiller en masse tous les citoyens américains. Car la NSA a vocation à écouter le monde entier, mais pas les Américains. Dès qu’un citoyen US est pris dans les mailles du filet, le contenu de l’interception doit être détruite… Écouter le monde, ça va. Mais un bouseux du Wisconsin en vacances au Mexique, c’est contraire à la Constitution… C’est ça, la démocratie yankee. […]

— Lire la suite sur Reflets.info

[blip.tv ?posts_id=5022083&dest=-1]

Extrait de la cérémonie 2011 des Big Brother Awards en Allemagne, le 1/04/2011. Rena Tagens, l’une des organisatrices, présente l’un des lauréats de la catégorie ‘Communications’.

—> Lire l’article sur Reflets.info

Les procédés de type DPI, conçues à des fins d’analyses du réseau, mettent en danger la neutralité du Net et peuvent surtout s’avérer de redoutables armes contre tout individu jugé subversif dans les bonnes petites dictatures. Pour faire le point, je vous conseille cet article de Bluetouff paru sur Reflets.info, le dernier épisode d’un feuilleton particulièrement flippant. [nl]

Un article paru dans Le Point et daté d’avant hier aborde l’épineuse question du filtrage gouvernemental iranien. Le Deep Packet Inspectiony est pointé du doigt et certaines malheureuses imprécisions invitent à réagir. L’article fait référence à la neutralisation par les autorités iraniennes du darknet TOR, un réseau dont l’objet n’est pas seulement de chiffrer les flux comme l’indique l’article, mais surtout, et c’est tout le problème, de les anonymiser en utilisant une technique de routage dite « en oignon » (onion routing). […]
Je vais être désagréable et cynique en disant ceci, mais il vaut peut être mieux que les utilisateurs iraniens de Tor soient bloqués qu’identifiés et traqués.
(c) peterfleischer.blogspot.com

Peter Fleischer (autoportrait)

Le type sur la photo qui s’exhibe en maillot de bain n’a rien à cacher. Et pour cause: c’est Peter Fleischer, le déontologue en chef de Google Inc. (Chief Privacy Officer). Depuis ce matin, c’est un contrevenant puisque sa boite vient de récolter une amende de 100.000 euros infligée par la CNIL, à propos de son service de cartographie numérique Google Street View. 100.000€ d’amende, c’est une certaine somme. Quoique, rapporté en dollars et ramené à ses profits, ça doit représenter à peu près 7 minutes d’activité (*).

Cette petite punition est d’autant plus symbolique qu’elle ne sera exigible que lorsque Google aura épuisé toutes les voies de recours. Et elle ne se gênera pas pour les épuiser. Peter Fleischer a toujours tiré à vue sur les multiples réglementations en vigueur dans l’Union européenne en matière de gestion des données personnelles. Et ce n’est pas la première fois que Google se fait malmener sur cette histoire Street View.

—> Lire la suite sur Reflets.info

Une avalanche de dépêches est venue accueillir la sortie le 1er mars du décret sur la rétention des données d’identification. Ce « décret Big Brother », comme on a pu le lire ici ou , n’est pourtant qu’une des parties visibles de ce que je décrivais récemment, à savoir le profilage minutieux, à des fins « préventives », de tous les citoyens qui ont le malheur d’utiliser le moindre réseau télécom pour découvrir, s’informer, discuter ou parler, en public ou en privé… En vérité, ce décret ne fait qu’ajouter une bonne couche aux pouvoirs énormes laissées aux « autorités » pour coincer le potentiel fauteur de trouble, pirate en culotte courte ou futur cyberterroriste. Car bien avant ce décret, le principe de la « rétention des données » permet déjà d’identifier à peu près n’importe quel utilisateur.  (suite…)

Dans la ville de Martine Aubry, la tête de Türk s’appelle Eric Quiquet. Cet élu municipal, vice-président de la communauté urbaine (Lille Métropole – LMCU), est chargé des transports. Et depuis quelques temps, il a décidé de mettre le paquet sur les puces RFID — il en veut partout, pas simplement dans les transports, mais dans toute la « vie quotidienne » (bibliothèques, écoles, crèches, services publics). Alors bien sûr, comme Quiquet est un élu des Verts, il a toujours présenté sa frénésie comme « responsable »: il disait vouloir éviter que les gens soient tracés, tout devait être anonyme. Le régional de l’étape, Alex Türk, élu du Nord et président de la vénérable CNIL, avait donné sa bénédiction à la dissémination « citoyenne » de puces radio dans la métropole lilloise. Pourtant, le plan dévoilé en novembre dernier n’est pas du tout aussi inoffensif.  (suite…)