Articles Tagués ‘biométrie’

(credit fhermeni/flickr)

Revenons un instant sur la polémique du « fichier des gens honnêtes », actuellement en débat au parlement à l’occasion d’un texte de loi qui préfigure la future carte d’identité électronique (CNIE). Destinée officiellement à « protéger l’identité » comme est censé le faire la « vidéoprotection » dans l’espace public, ce projet de loi devrait être définitivement adopté dans les prochains jours. La question, déjà abordée ici même et ailleurs, revient à connaitre le statut juridique d’un vaste fichier de population constitué par les données d’état civil et biométriques des demandeurs de passeport ou de CNIE.

La question est donc de savoir si la base de données TES (titres électroniques sécurisés, mêlant à terme CNIE et passeports, et plus tard sans doute les permis de conduire) pourra être mise à disposition de la police judiciaire et des procureurs pour identifier une personne « suspecte » dont la photo numérique ou les empreintes digitales ont été capturés sur une scène de crime ou dans un tout autre cadre qu’un renouvellement de pièce d’identité. (…)

—> Lire la suite sur Reflets.info

Publicités

Ztohoven — autre mot à double sens, les 100 merdes et sortir de là —, est un groupe de perturbateurs artistiques qui sont plutôt connus, depuis près de 10 ans, pour détourner les symboles dans l’espace public physique. Avec Občan K, ils ont sauté à pieds joints dans le grand merdier numérique. (…)

Travailler sur la signification de l’identité, pour ces jeunes qui sont tous nés pendant le régime communiste — ils ont entre 25 et 35 ans — est une nécessité historique. Ils rappèlent que la première občanka de l’histoire tchèque date de 1941, sous l’occupation d’Hitler — la nation tchécoslovaque n’ayant vécu qu’une petite vingtaine d’années sous un régime de démocratie parlementaire (1918-38), avant de se faire envahir par le 3ème Reich.

L’občanka biométrique tchèque — qui ressemble parfaitement à celle mise en place en 1994 en France par Charles Pasqua… — est biométrique par le seul visage numérique. Jouons donc avec ce visage, décident en choeur les Ztohoven après l’épisode Média Realité. Ils vont donc parvenir à obtenir, tout à fait légalement, 12 cartes d’identité officielles mais totalement imaginaires. La photo qu’ils ont fourni aux autorités pour la fabriquer est la clé de la supercherie. Cette photo est le résultat d’un parfait morphing — réalisé sur PC avec un logiciel en vente libre.

—> Lire l’article intégral sur Reflets.info
—> Lire l’épisode 2 de notre séquence sur Ztohoven

On avait sûrement calomnié Joseph K., car, sans avoir rien fait de mal, il fut arrêté un matin. […]

On aurait pu s’attendre à ce que les pays qui ont vécu sous une dictature policière soient plus enclins à protéger leurs citoyens contre l’arbitraire. Raté. La Hongrie s’est faite remarquée en créant une sorte de « comité de censure » à la sauce brejnevienne. Et la République tchèque, plus discrètement, s’est distinguée en matière de fichage génétique. Un arrêt de la Cour constitutionnelle, rendu fin novembre, s’applique à justifier le prélèvement génétique sous la contrainte. Les juges tchèques ont considéré que la police pouvait prélever un échantillon biologique d’une personne «sans son consentement». (suite…)

tiré du doc "le temps des biomaitres"En plongeant dans les quelque 2.000 câbles diplomatiques publiés à ce jour via Wikileaks, un peu moins de 1% des 250.000 documents détenus [1], nous sommes tombés sur un compte-rendu de l’ambassade US à Pékin fin 2009. Il est question de diverses recherches « sensibles » engagées par l’Académie des sciences de Chine populaire. Entre fusion nucléaire, nanomatériaux, détection d’explosifs et « téléportation quantique » (sic), un chapitre évoque une technique d’identification biométrique totalement furtive — identifier une personne à son insu —, grâce à sa démarche. L’idée de détecter la « signature pédestre » d’une personne pour la reconnaître a déjà fait l’objet de recherches au Royaume-Uni. La biométrie furtive se porte bien.

(suite…)

L’émission Là-bas si j’y suis de Daniel Mermet sur France Inter était à Dunkerque (émission du jeudi 9/9) pour évoquer les faits d’armes d’une entreprise hautement citoyenne, Eamus Cork Solutions. Sortie de l’anonymat grâce aux limiers du Plan B (lire notre billet), cette société a décroché un gros marché avec les autorités française et britannique pour aller renifler dans les camions en instance vers l’Angleterre afin de repérer des migrants en détresse qui tentent de passer la Manche. Excellente occasion de narrer une nouvelle fois les aventures du patron de la boite, Patrick Guerbette, ex-flic des RG et écrivain illuminé à ses heures perdues, qui met en avant ses valeurs «éthiques» et son «humanisme» sur sa vitrine internet. Heureusement, le reporter Julien Brygo est allé traîner son micro dans les entrepôts de la compagnie, et recueilli les témoignages de salariés qui dressent un tout autre portrait de leur travail «humaniste».

nb: le reportage démarre à 12’43

En arrivant au pouvoir en Grande-Bretagne, la nouvelle coalition libérale l’avait juré craché: « fini la société de surveillance ». Pour faire un exemple, le vice-Prime Minister Nick Clegg a décidé de sacrifier Contact Point (wikipedia), une sorte de « casier social » des mineurs contenant 11 millions de dossiers (enfants de zéro à 18 ans – limité à l’Angleterre et au Pays-de-Galles).

Le système a, parait-il, été débranché début août. Mais bon, comme la Grande-Bretagne est un pays moderne on ne va pas retourner aux fiches en carton. A l’occasion d’un récent panorama des casiers scolaires en Europe écrit pour Owni.fr, j’ai discuté avec Terri Dowty, le directeur de l’ONG Action on Rights for Children (ARCH) et membre de Privacy International. Il m’a mis sur la piste d’un fichier « bis »: «National eCAF». Les Anglais ont trouvé la parade au problème du consentement des parents : à partir de 12 ans, l’enfant seul peut donner son accord à être catalogué…

(suite…)

UPDATE Vol groupés européens? Reportage de Pascale Pascariello à Roissy (Arte Radio, 14 sept)

Les étrangers en situation irrégulière vont à nouveau bénéficier du nec plus ultra technologique pour regagner leurs pays d’origine. Déjà une armada de systèmes biométriques et de bases de données les soigne au plus près, qu’ils soient demandeurs d’asile, titulaires d’un visa de séjour ou simples réfugiés en détresse. Ce nouveau fichier sera géré directement par FRONTEX, l’agence européenne des «frontières extérieures». Objectif: organiser des charters groupés et communs entre plusieurs pays de l’Union. En euro-novlangue, ça se nomme «opérations conjointes de retour par voie aérienne», ou JRO pour Joint Return Operations.

A priori, cet instrument concerne surtout les citoyens de pays tiers (hors UE) et n’est donc pas destiné aux Rroms que l’on expulse en masse de France — des Roumais et Bulgares en majorité, donc des citoyens de l’UE. Mais ça pourrait très vite le devenir, grâce à une Sainte alliance entre la France et l’Italie.

(suite…)