Articles Tagués ‘éducation’

Depuis 2007 le gouvernement multiplie les mesures paternalistes et autoritaires pour éradiquer la délinquance. Le texte le plus exemplaire est celui de mars 2007, la loi de prévention de la délinquance (LPD), que Sarkozy a mis près de 5 ans à mijoter, dès son entrée en fonction au ministère de l’Intérieur en mai 2002. Plus de quatre ans après le vote de ce texte, c’est le cafouillage total. Le mouvement Antidélation, un réseau de travailleurs sociaux qui s’est battu contre ce texte tout au long de sa gestation, a dénoncé fin juillet les faux semblants des mesures de la LPD.

—> Lire la suite sur Reflets.info

Ça fait toujours un petit quelque chose de retourner devant son ancien bahut. Pour le coup, le pincement au cœur a vite laissé place à une drôle de nausée. Sur le trottoir, une tente noire arnachée à un camion annonce la couleur. Référence au 27 septembre 2010, quand les profs et les élèves du lycée Emmanuel Mounier, que j’ai rencontré il y a quelques semaines devant un bâtiment décoré de banderoles vachardes, se prenaient une belle douche froide.

La région Rhône-Alpes, par la voix de son président socialo Jean-Jacques Queyranne, annonce alors que le bahut devra fermer neuf mois plus tard, c’est à dire dans quelques jours, fin juin 2011. Entre-temps, Queyranne a du faire marche arrière. Les cours sont maintenus mais les effectifs sont finalement amputés d’un tiers, alors qu’il y a quelques mois le lycée devait en perdre la moitié. Ci-dessous, une belle manœuvre d’auto-satisfaction, une plaquette éditée par la région début juin, dans laquelle elle claironne avoir maintenu l’activité — sans jamais mentionner sa volonté de fermer le rideau neuf mois plus tôt… Pendant ce temps, le corps enseignant bataille ferme, des derniers jours, pour « recruter » un maximum d’élèves de 3ème. « A Grenoble il y a encore beaucoup de gens qui pensent que le lycée ferme en juin ! », nous dit l’un des profs. […]

Depuis l’annonce de la fermeture fin septembre 2010, les élèves, parents, profs et personnels se sont mobilisés. Après un premier campement organisé devant le lycée en novembre, un deuxième s’installe en janvier 2011, autour d’un camion, d’armatures en bois et de toiles de tente. Sur le murs, des slogans partout. Pas mal à l’adresse du président de région. Nous arrivons le jour du démontage, décidé en AG après que le collectif ait obtenu une ultime concession: des classes de secondes seront assurées à la rentrée 2011. Un compromis qui laisse planer d’autres doutes sur l’avenir du lycée…
[écoutez le docu en 3 parties thématiques sur Reflets.info]

Les toutes récentes fuites à gogo relatées par Reflets.info ces derniers jours donnent des vertiges. Il parait que la CNIL s’intéresse fortement au cas Sony, très emblématique. Des données commerciales à l’air libre, quelle horreur! En revanche, la même Commission continue de donner son feu vert à une foule de traitements nominatifs qui concernent des millions d’enfants mineurs, leurs familles et leurs enseignants, avec les mêmes promesses de «protection des données» et d’«accès sécurisés». Ces processus exploitent des données sensibles qui préparent les élèves à domestiquer leur propre « employabilité » sur le marché du travail. Bref, après les premiers vertiges, la marche forcée de l’informatisation de l’éducation nous donne plutôt la nausée.

—> Lire la suite sur Reflets.info

source: Arrêt sur image

"Cela ne fait que commencer..." (Guardian, 11 nov)

«En Angleterre, quand il y a une manifestation, tout le monde s’en aperçoit.» C’est à peu près ce qu’aurait pu déclarer David Cameron, le « Thatcher Soft » qui dirige la Grande-Bretagne depuis le printemps dernier. En effet, les Anglais ne font pas de manif tous les jours, mais quand ils y vont, ça déménage. Imaginez le siège de l’UMP, rue La Boétie, envahie et attaquée par une cohorte d’étudiants qui pénètrent dans le hall en explosant la baie vitrée.

C’est ce qui s’est passé mercredi dernier à la tour Millbank, où le Parti conservateur a ses bureaux. Les étudiants viennent d’apprendre que les restrictions budgétaires qui vont toucher l’éducation (« education cuts ») entraîneront le triplement des frais d’inscription à l’université, pour atteindre jusqu’à 7.000£ par an (9000€). Alors que Nick Glegg, le vice-Premier ministre, avait promis le contraire, et voulait même les abolir! C’est ce même Clegg qui a promis d’en «finir avec la société de surveillance»

images publiées par london.indymedia – voir aussi cette vidéo de Russia Today

En arrivant au pouvoir en Grande-Bretagne, la nouvelle coalition libérale l’avait juré craché: « fini la société de surveillance ». Pour faire un exemple, le vice-Prime Minister Nick Clegg a décidé de sacrifier Contact Point (wikipedia), une sorte de « casier social » des mineurs contenant 11 millions de dossiers (enfants de zéro à 18 ans – limité à l’Angleterre et au Pays-de-Galles).

Le système a, parait-il, été débranché début août. Mais bon, comme la Grande-Bretagne est un pays moderne on ne va pas retourner aux fiches en carton. A l’occasion d’un récent panorama des casiers scolaires en Europe écrit pour Owni.fr, j’ai discuté avec Terri Dowty, le directeur de l’ONG Action on Rights for Children (ARCH) et membre de Privacy International. Il m’a mis sur la piste d’un fichier « bis »: «National eCAF». Les Anglais ont trouvé la parade au problème du consentement des parents : à partir de 12 ans, l’enfant seul peut donner son accord à être catalogué…

(suite…)

(Mise à jour en fin d’article) En écho à nos précédents grincements sur l’arrogance publicitaire du géant des sucreries Ferrero, voilà que son produit phare est présenté dans un documentaire d’Arte comme un poison en puissance. Pour le coup, c’est plutôt une très mauvaise pub. L’office allemand de l’environnement a décelé dans des pots de Nutella d’étranges traces de diethylhexyl phtalate (DEHP). Ce sous-produit du plastoc peut encore être utilisé dans les emballages alimentaires, alors qu’il est interdit — bonjour le paradoxe — dans l’industrie du jouet! Le doc d’Arte — L’emballage qui tue, rediffusion les 6 et 17 août — n’a reccueilli qu’une pâle réaction de Ferrero, qui reconnait la présence de DEHP, «mais en quantité inoffensive selon elle».

Pourtant, les « réceptions de l’Ambassadeur » si chères à Ferrero ont perdu de leur superbe… Car ces produits chimiques — déjà dénoncées en cosmétique — sont de véritables leurres hormonaux, et comme le Bisphenol-A disséminé dans les tétines de biberons (produit pas encore complètement interdit en France…), ils dérèglent le système hormonal, menace particulièrement sensible chez les enfants. Au Danemark des études ont montré, depuis plus de six ans, que cela pouvait augmenter les risques de stérilité chez l’homme. Tiens, une bonne tartine! Bon appétit mon garçon! (suite…)

[UPDATE 7/09] — Alors ça y est. La guerre est déclarée. Mobilisation générale contre les « gens du voyage »… La réunion de crise, qui s’est tenue hier à l’Elysée, histoire de frapper un grand coup après le fait divers de Saint-Aignan — le décès d’un jeune français d’origine gitane qui a déclenché des violences et dégradations — a accouché de six mesures reprises en choeur par la presse, quatre sont d’ordre répressif, et deux seulement — «développer les aires de repos» et «aider l’emploi des Roms dans leur pays d’origine» — pour calmer le jeu. Bien entendu, les association tsiganes n’ont pas été conviées à cette réunion d’état major, qui ne concernait que des hauts gradés de la flicaille de France.

La République française est pourtant régulièrement épinglée pour ses nombreux manquements dans l’accueil et la gestion des « gens du voyage » qui circulent sur son territoire. Dernièrement, des enseignants ont dévoilé au moins deux initiatives de recensement des « enfants du voyage » en vue de leur scolarisation. Des fichiers clandestins qui n’ont jamais eu à recevoir l’assentiment des parents.

(suite…)