Articles Tagués ‘élections’

Voilà que l’affaire du « fichier des primaires » du Parti socialiste refait surface. Il fallait bien signer la fin du débat sur l’islam (pardon, la laïcité), alors JF Copé, chef du politburo de l’UMP — suivi par le président du Sénat aujourd’hui — s’est interrogé sur la « légalité des primaires socialistes ». Et notamment du fichier d’électeurs que le PS a du constituer pour l’occasion. Le plus drôle, c’est que Copé ose parler de «flicage» — après avoir voté la LOPPSI, c’est gonflé —, et n’a pas l’air de savoir que le fichier électoral, comme le dit la CNIL, est accessible à tout parti politique à des fins de «prospection».

La question s’est déjà posée en janvier dernier, et le PS a fourni les mêmes réponses: tout est nickel. Nickel question procédures de déclaration, en revanche le sort de cette base de données après les primaires, et son exploitation pour l’élection en tant que telle, peut poser d’énormes problèmes. Je republie ci-dessous un billet de janvier 2011. Il était question du plan d’attaque du PS pour organiser ces primaires, détaillé par le menu dans un document de juin 2009 signé Terra Nova, le think-tank préféré du PS. Vous verrez comment les pontes socialistes s’émmerveillaient du «rêve orwellien» réussi par Barak Obama après sa victoire de 2008: «ficher l’intégralité du pays» grâce à «la technique du micro-targeting».

  • [Article original 24/01/2011]
  • Publicités

    La semaine dernière, un élu UMP de l’Hérault, Arnaud Julien, a tenté de mettre un peu de sable dans la machine électorale du Parti socialiste. Il dit avoir saisi la CNIL pour clarifier le statut du fichier d’électeurs que le PS doit constituer pour ses « primaires populaires » en vue des présidentielles de 2012. Or, ficher les opinions politiques est impossible sans l’accord des intéressés.

    Pour Arnaud Montebourg, principal partisan et lui-même candidat à ces primaires, tout est nickel: «Voter, c’est un acte volontaire, consenti, un acte d’adhésion. Il n’y aura évidemment personne qui viendra voter contre son gré», a-t-il dit à l’AFP, précisant qu’il était «bien évident que la CNIL avait été préalablement consultée par le Parti socialiste». Reste qu’un rapport de la fondation Terra Nova, écrit en juin 2009 pour le compte du PS, cite en exemple la campagne de Barack Obama, qui a usé et abusé de fichiers inquisiteurs lors des élections de 2008.

    (suite…)

    euvoteLoin, très loin des polémiques franco-françaises autour d’un spot aux relents trop sarkoziens, le Parlement européen a produit une série de films publicitaires pour inciter les électeurs à se déplacer aux urnes. Chaque spot comporte 6 séquences censées interpeller l’eurocitoyen sur des sujets fédérateurs et un brin polémiques. Mais en fait, il y en a plus d’une douzaine qui ont été tournées. Chaque gouvernement a donc fait jouer son droit de censure sur le contenu du spot qui sera diffusé sur ses antennes nationales. Chacun a fait son petit marché en gardant la capacité d’éviter certaines thématiques… Il y avait 4 séquences imposées, qui passeront donc dans tous les pays: elles portent sur le protectionnisme, la sécurité routière, le congés parental, la récession… Et ensuite, pour choisir la première et la dernière séquence, chaque État membre avait donc droit à 2 jokers. Devinez donc quels étaient ceux du gouvernement français, on ramasse les copies après visionnage.

    (suite…)