Articles Tagués ‘fric’

Ça fait toujours un petit quelque chose de retourner devant son ancien bahut. Pour le coup, le pincement au cœur a vite laissé place à une drôle de nausée. Sur le trottoir, une tente noire arnachée à un camion annonce la couleur. Référence au 27 septembre 2010, quand les profs et les élèves du lycée Emmanuel Mounier, que j’ai rencontré il y a quelques semaines devant un bâtiment décoré de banderoles vachardes, se prenaient une belle douche froide.

La région Rhône-Alpes, par la voix de son président socialo Jean-Jacques Queyranne, annonce alors que le bahut devra fermer neuf mois plus tard, c’est à dire dans quelques jours, fin juin 2011. Entre-temps, Queyranne a du faire marche arrière. Les cours sont maintenus mais les effectifs sont finalement amputés d’un tiers, alors qu’il y a quelques mois le lycée devait en perdre la moitié. Ci-dessous, une belle manœuvre d’auto-satisfaction, une plaquette éditée par la région début juin, dans laquelle elle claironne avoir maintenu l’activité — sans jamais mentionner sa volonté de fermer le rideau neuf mois plus tôt… Pendant ce temps, le corps enseignant bataille ferme, des derniers jours, pour « recruter » un maximum d’élèves de 3ème. « A Grenoble il y a encore beaucoup de gens qui pensent que le lycée ferme en juin ! », nous dit l’un des profs. […]

Depuis l’annonce de la fermeture fin septembre 2010, les élèves, parents, profs et personnels se sont mobilisés. Après un premier campement organisé devant le lycée en novembre, un deuxième s’installe en janvier 2011, autour d’un camion, d’armatures en bois et de toiles de tente. Sur le murs, des slogans partout. Pas mal à l’adresse du président de région. Nous arrivons le jour du démontage, décidé en AG après que le collectif ait obtenu une ultime concession: des classes de secondes seront assurées à la rentrée 2011. Un compromis qui laisse planer d’autres doutes sur l’avenir du lycée…
[écoutez le docu en 3 parties thématiques sur Reflets.info]

Les toutes récentes fuites à gogo relatées par Reflets.info ces derniers jours donnent des vertiges. Il parait que la CNIL s’intéresse fortement au cas Sony, très emblématique. Des données commerciales à l’air libre, quelle horreur! En revanche, la même Commission continue de donner son feu vert à une foule de traitements nominatifs qui concernent des millions d’enfants mineurs, leurs familles et leurs enseignants, avec les mêmes promesses de «protection des données» et d’«accès sécurisés». Ces processus exploitent des données sensibles qui préparent les élèves à domestiquer leur propre « employabilité » sur le marché du travail. Bref, après les premiers vertiges, la marche forcée de l’informatisation de l’éducation nous donne plutôt la nausée.

—> Lire la suite sur Reflets.info

[blip.tv ?posts_id=4847105&dest=-1]

Depuis que le simple citoyen peut saisir le Conseil constitutionnel pour vérifier la conformité d’anciennes lois avec la constitution — procédure dite « QPC » —, les vieux sages du Palais royal se convertissent en contrôleurs des travaux finis. C’est particulièrement le cas d’un long litige civil entre une société internet et le consortium du Stade de France, contrôlé par Vinci et Bouygues. L’avocat Roland Lienhardt (ci-dessus), résumé sa pensée dans une vidéo remontée par nos soins (toutes les audiences sont filmées — plus sexy qu’une décision du Conseil…) (suite…)

[blip.tv ?posts_id=4520717&dest=-1]

(Images Jet Lambda / Musique René Binamé)

Fin novembre, le collectif « Ploërmel sans vidéo » organisait une petite virée champêtre en vélo à la découverte des 21 caméras de surveillance qui quadrillent cette ville de 9000 habitants (lire ci-dessous). Sacrée aux Big Brother Awards en 2006, la commune était à l’époque tenue d’une main de fer par l’ancien para et pote de Chirac Paul Anselin. Il perdra les élections de 2008 notamment à cause de son entrain trop prononcé à vouloir transformer sa ville en laboratoire de l’insécurité de la campagne bretonne. La nouvelle municipalité a mis deux ans à réactiver les caméras après un « audit » et un « redéploiement ».  (suite…)

Une équipe de Bakchich TV était présente mercredi soir pour accompagner une action pacifique dans le métro parisien (tout comme Bastamag et bien d’autres). But de l’action: informer les passagers sur ces fameux écrans géants qui pullulent depuis quelques mois en quête de « bouts de cerveaux disponibles ». Autocollants, peintures et marqueurs ont été utilisés pour attendre une quinzaine de stations et près de 120 panneaux (soir un tiers du parc actuellement installé…). La RATP prévoit d’en disséminer plus d’un millier d’ici quelques mois. Cela fait des années que ces écrans sont dénoncés par des associations, des anti-pub aux anti-Big Brother, pour leurs capacités à capter encore plus l’attention des voyageurs tout en traquant leurs comportements. (suite…)

La nième loi sur la sécurité intérieure (LOPPSI-2), dont l’examen en 2ème lecture à l’Assemblée a été repoussé à la mi-novembre, fait un beau cadeau aux entreprises privées de sécurité. Ce n’est pas une surprise, mais l’objectif numéro un des restrictions budgétaires dans la sécurité publique est de multiplier le recours aux technologies, sans aucun gage d’efficacité, tout en ouvrant un boulevard aux big boss de l’industrie sécuritaire.

Apparu en séance le 9 septembre au Sénat, un amendement du gouvernement (387 rectifié) a créé le CNAPS, le «Conseil national des activités privées de sécurité». Et c’est Brice Hortefeux qui l’annonce aux Sénateurs, sans se cacher: «Je vous le précise, c’est à la demande des entreprises elles-mêmes que nous formulons cette proposition, qui va, me semble-t-il, dans le bon sens.» En attendant, le porte-flingue de l’UMP Eric Ciotti a déjà proposé des amendements que lui ont été soufflé par les principaux lobbies du secteur, comme le Syndicat national des entreprises de sécurité (SNES), une branche du MEDEF. (suite…)

La révolution numérique contamine enfin le merveilleux monde des poupées Barbie! La nouvelle killer-app du groupe Mattel, Barbie Video Girl, est une vraie poupée-caméra. Elle ne filme pas encore en HD (résolution très limitée: 320 x 240 pixels), mais elle est vendue avec un logiciel de montage — et surtout, elle peut servir de webcam. En 2009, les nouveautés laissaient un goût de déjà vu (Barbie Princesse Mousquetaire, Barbie jolie mariée, Barbie promène son chien, Barbie dans sa résidence secondaire…). Mais cette année, Mattel sort la grosse artillerie pour niquer la méchante Bratz, la grande rivale créée par un ex-cadre de Mattel en 2001. Un groupe qui ne perd pas le Nord, puisque son autre filiale Ficher Price met le paquet sur une sorte d’objet hybride entre une console DS et un iPhone, histoire d’accoutumer les tous petits à faire-comme-papa-maman le plus tôt possible — Fisher Price est dédié aux moins de 6 ans!

(suite…)