Articles Tagués ‘grèves’

Rome, 22 décembre (© Amos Farnitano)

Les dernières manifs étudiantes en Italie n’ont pas plu au Cavaliere. Après avoir échappé à une motion de censure mi-décembre, Berlusconi et ses ministres préparent une arme secrète qu’envieraient Sarko et sa bande à Paris. L’idée est d’appliquer à l’activisme politique et syndical le même traitement qu’aux tifosi, les supporters de foot.

Depuis l’année dernière, pour écarter ses hooligans les plus violents — qui sont souvent les plus fachos —, Rome a mis en place une « carte du supporter » (tessara del tifoso), obligatoire pour se rendre au stade tous les dimanche. Pour l’obtenir, il faut d’abord montrer patte blanche: la police fouille dans ses fichiers et la moindre trace de violence aux abords d’un stade, même datant de plusieurs années, peut suffire pour lui refuser la carte.

(suite…)

Publicités

En Allemagne aussi les fichiers scélérats passent mieux dans l’opinion si on leur donne un doux nom aux consonnances féminines. ELENA, dixit le blog Les dessous de l’Allemagne, c’est un fichier national des «mauvais salariés» (Elektronischer Einkommensnachweis: «preuve électronique de revenus»). Nombres d’heures de grève, légitimité ou non de celles-ci, rappels à l’ordre, raisons d’un licenciement (faute grave, refus d’obéissance, inadaptation, etc.)

Comme avec notre prochaine usine à gaz (le RNCPS), la justification de ce beau fichier n’est ni le terrorisme ni la pédophilie, mais une « simplification » des démarches administratives, un « avantage » pour les salariés. C’est aussi pour leur bien-être qu’on va donc y recenser leurs tendances à revendiquer. Pas étonnant que ELENA ait déjà été distingué(e) par nos copains des BBA en Allemagne: en 2008 pour le fichier en tant que tel, et en 2009 pour le Dr. Ursula von der Leyen, ministre de la Famille, des séniors, des femmes et des jeunes (ouf).


eval1

Passer son premier exam à 7 ans, ça forme la jeunesse ! 

Après les écoliers de CM2, c’est en effet au tour de leurs camarades de CE1 — quelques 816.000 enfants, d’écoles publiques et privées — de devoir se plier à une «évaluation» de leurs connaissances. Celles des enfants de CM2 se sont déroulées en janvier, en plein milieu de l’année scolaire — cherchez l’erreur —, cette fois cette obligation nationale se déroule cette semaine, jusqu’au 30 mai. Allez savoir pourquoi, la plupart des syndicats d’enseignants se sont ouvertement prononcé contre cette vaste opération statistique. La CGT et SUD appelant même à un boycott total en invitant les profs des écoles à faire jouer leur droit de grève. Sur le fond et la forme, ce premier contrôle scolaire pose énormément de questions. 

(suite…)

Le mot «résistance» résonne avec une sonorité particulière dans la bouche de Raymond Aubrac. Ancien compagnon de Jean Moulin, Aubrac, 95 ans, apparaît dans ce reportage de France 3 Sud aux côtés de Bastien Cazals, professeur des écoles à St Jean de Védas (Hérault) s’étant fait connaître par sa lettre au Président Sarkozy.

Bastien Cazals est l’un des quelque 3000 instits qui ont choisi de désobéir aux réformes du sous-commandant Darcos — voir ici une carte de France de ces franc-tireurs de l’éducation. Saignée dans les effectifs, suppression de l’aide spécialisée pour les enfants en difficulté, nouveaux programmes, évaluations des CM2 au mois de janvier… Et bien sûr le fichier Base élèves. Un reportage comme on aimerait en voir plus souvent dans le petit écran.

Evacuation de l'aéroport de Tantoua, 11 mars (Source Caledosphere)

Aéroport de Tontouta, 11 mars (Source: Caledosphere)

« La Nouvelle-Calédonie n’est pas la Guadeloupe. Gérard Jodar semble visiblement se prendre pour Elie Domota. » C’est le Haut commissaire de Nouméa, Yves Dassonville, qui résume à sa manière la fin du blocage, cette semaine, de l’aéroport international de Tontouta par le syndicat USTKE, dirigé par Gérard Jodar. Il a fallu déployer 120 gendarmes pour dégager les quelques 400 militants (selon la police) qui tentaient d’occuper le tarmac pour bloquer le traffic aérien. Alors, Gwadloupéyen et Kanak, même combat? (suite…)

Les start-up ne sont pas mortes, elles bougent encore! La preuve avec cet entretien d’embauche enregistré dans le lobby cossu d’une de ces entreprises visionnaires.

« Entretien d’embauche 6 », une série d’utilité publique signée les filmentropes.

Chez Orange ça sonne occupé

Alex Lollia, CTU/LKP (photo Chien créole)

Alors que l’on siffle en Guadeloupe — pas encore en Martinique — la fin de la grève générale, après 44 jours de combat serré, voilà que certains temples du business local résistent encore au mouvement de démobilisation. Exemple, le centre d’appels d’Orange à Pointe-à-Pitre, occupé dans la luit du 3 au 4 mars, comme le raconte Frédéric Gircour l’animateur du site Chien créole. Il a rencontré un syndicaliste qui rappelle que la signature de l’accord, mercredi 4 mars, n’engage pas, et de loin, l’ensemble des patrons de l’archipel.

«L’accord Jacques Bino, tel qu’il a été signé, met à l’abri les entreprises liées au MEDEF dont Orange, explique Alex Lollia (syndidat CTU, membre du LKP). Il faut bien que le combat, tout en restant collectif, soit porté dans les entreprises afin que les directions adhèrent à l’accord interprofessionnel. On a affaire à un gros morceau ici. Nous avons décidé de précipiter la négociation avec les patrons d’entreprises qui privent les salariés de l’avantage de l’accord.»
–> Suite de l’entretien.